Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander

Meilleures ventes

Hop-Tye - Agadir
Hop-Tye
75,00 €
Bandeau PumpEase
Bandeau PumpEase
29,60 €
Oball Rattle - rose
Oball Rattle
12,00 €
Sling Kubeba bio - avallon
Sling Kubeba bio
68,00 €
Lady Cup
Lady Cup
27,90 €
Oball
Oball
8,00 €

» Toutes les meilleures ventes

Nouveaux produits

» Toutes les nouveautés

En direct de Facebook

Allaiter et travailler

ALLAITER ET TRAVAILLER

 

On entend trop souvent des mamans parlant de  sevrer leur enfant  "parce que je reprends le travail dans 1 mois", alors que pour la plupart elles auraient souhaité poursuivre l'aventure...

Alors je le dis haut et fort : LE SEVRAGE N'EST PAS UN PASSAGE OBLIGE LORSQU'ON REPREND SON TRAVAIL ! Il existe plein de solutions permettant la poursuite d'un allaitement exclusif (ou partiel dans le pire des cas), et tirer son lait lorsqu'on est bien équipée, ce n'est pas SI contraignant qu'on le pense...

Vous trouverez ci-dessous plusieurs conseils, suggestions et réponses aux interrogations les plus fréquentes sur ce sujet... Ce n'est pas une liste exhaustive évidemment, juste une base de réflexion.

 

Ce que dit la loi


Peu de gens le savent mais il existe des textes de loi garantissant aux femmes la possibilité de tirer leur lait (ou allaiter) dans des conditions décentes... Voici les textes les plus utiles :

"L’article 224-4 prévoit par ailleurs que les entreprises employant plus de cent femmes peuvent être mises en demeure d’installer des chambres d’allaitement ; pas moins de 20 articles du Code décrivent par le menu l’aménagement et l’équipement de ces chambres d’allaitement, qui ressembleraient davantage à des crèches d’entreprise (alors que dans le simple local, les enfants ne peuvent séjourner que pendant le temps nécessaire à l’allaitement )."

"Le temps d’allaitement pendant le travail est prévu par le Code pour tout type d’entreprise et quel que soit l’effectif : pendant une année à compter du jour de la naissance, les mères allaitant leurs enfants disposent à cet effet dune heure par jour durant les heures de travail (art. L. 224-2), répartie en deux périodes de trente minutes, l’une pendant le travail du matin, l’autre pendant l’après-midi. Le moment où le travail est arrêté pour l’allaitement est déterminé par accord entre les intéressées et leurs employeurs. A défaut d’accord, il est placé au milieu de chaque demi-journée de travail (art. R. 224-1)."

Pour plus de détails, cf ce lien :

http://www.lllfrance.org/allaitement-information/aa/53-loi.htm

En bref, vous avez légalement le droit à 1h par jour (2x30mn) pour tirer votre lait ou allaiter votre enfant, cette heure n'est généralement pas rémunérée (sauf convention collective le spécifiant). Et si votre entreprise comporte plus de 100 femmes, vous pouvez exiger qu'une salle soit mise à disposition pour ce faire...

Inutile toutefois de devenir trop vindicative, sans renoncer à ses droits il est rare de ne pas réussir à trouver un terrain d’entente avec ses supérieurs.

 

De la nécessité d'un bon tire-lait


Une organisation efficace passe par un matériel pratique et de bonne qualité.

Tout d'abord votre allié à la reprise : le tire-lait ! A la fois votre meilleur ami et votre pire ennemi... Un bon tirage nécessite un tire-lait confortable en 1er lieu. Si les séances sont douloureuses, cela risque de vite devenir un enfer !

Dans une optique de gain de temps et d'efficacité de tirage, il est recommandé d'avoir un tire-lait électrique double pompage. Vous n'êtes pas obligée de l'acheter ! Une ordonnance de votre médecin ou pédiatre vous permettra d'en louer un en pharmacie presque sans frais (la majeure partie est remboursée par la sécurité sociale, et le restant est souvent pris en charge par la mutuelle). Attention en revanche : en 1ere intention la pharmacie vous louera le plus souvent un tire-lait de la marque Kitett : refusez cette marque dont les appareils sont lourds, bruyants, peu efficaces et dont l'utilisation peut s'avérer agressive pour vos seins et douloureuse ! Dans l'idéal demandez à avoir la marque Medela (lactina ou mieux encore Symphony), ou encore Améda (le Lactaline est très pratique). N'hésitez pas à visiter plusieurs pharmacies si besoin est pour en obtenir un !

Si vous n'avez pas possibilité de transporter l'électrique au travail, gardez le chez vous pour les tirages du matin et/ou du soir, et emmenez un petit manuel ou électrique : l'isis d'avent notamment est très bien. Il est possible de s'organiser en faisant des tirages chez soi le matin et le soir à l'aide de l'électrique, et de ne transporter que le manuel au travail par exemple.

 

En pratique, comment ça marche ?


N'attendez pas de cette rubrique un mode d'emploi détaillant précisément la marche à suivre pour vous organiser ! Chaque allaitement est différent et il ne saurait exister de modèle s'appliquant à toutes. Tout va dépendre de vos envies et contraintes...

En 1er lieu quelques bases.

1 - Conservation du lait

(source : http://www.allaitement-jumeaux.com )

A température ambiante :

* 15°C : 24heures
* 19°C à 22C : 10 heures
* 25°C : 4 à 6 heures

Au réfrigérateur :

* Réfrigérateur (0°C a 4°C): 8 jours
* Freezer inclus dans le réfrigérateur une petite porte le sépare du reste du réfrigérateur : 2 semaines

* Congélateur du réfrigérateur (2 portes séparées) : 4 mois
* Gros congélateur: 6 mois et plus

Attention : les durées ne sont pas cumulatives !

- Un biberon de lait peut être réchauffé 2 fois (pas de micro-ondes !), la décongélation comptant pour une.

- Un biberon déjà chauffé une fois devra être consommé dans un délai assez court (quelques heures) suivant ce 1er réchauffage sinon il faudra le jeter.

- Le lait peut être congelé dans un délai de 24h suivant le tirage.

- Il est possible de mélanger des laits de tirages différents à la condition expresse qu'ils soient à la même température (le cas échéant cela favorise la prolifération bactérienne), par exemple si le 1er tirage est au frigo, mettez le 2eme 1h au frigo aussi avant de mélanger les 2 laits.

- Lorsque le lait repose, il est NORMAL qu'il se sépare en 2 phases : les graisses ne sont pas solubles dans l'eau et elles sont plus légères de fait elles remontent en surface et forment un film plus ou moins important. Il suffit de mélanger doucement le biberon avant de le faire chauffer pour ré-homogénéiser les 2 phases.

2 - Conservation en journée

Pour conserver le lait tiré en journée plusieurs options...

- si vous avez un frigo sur votre lieu de travail, pas de problème il vous suffit d'y mettre le lait fraîchement tiré.

- si vous n'avez pas de frigo, il est tout à fait possible de conserver le lait au frais dans une glacière par exemple... si vous avez la place une petite glacière branchée sur secteur fera parfaitement l'affaire... sinon un sac isotherme avec des pains de glace éventuellement... Medela propose aussi une petite sacoche isotherme contenant 4 biberons+capuchons de 150ml et un pain de glace les englobant à placer au congélateur, très pratique pour le transport ensuite... le lait peut rester ainsi au frais toute la journée…

- N’hésitez pas à voir avec la médecine du travail ou l’infirmerie, qui ont souvent également des frigos dans leurs locaux.

Par la suite il n'est pas obligatoire de conserver le lait au frigo ou au congélateur dans des biberons : n'importe quel récipient bien propre fait l'affaire ! Certaines femmes choisissent par exemple de faire des glaçons de leur lait, c'est une alternative intéressante qui permet ensuite de décongeler la quantité exacte de lait nécessaire et d'optimiser au mieux les stocks.

3 - Combien de lait par biberon ?

Cela dépend de votre bébé !

Il y a une "formule" qui marche assez bien :

poids de l'enfant (en grammes) /10
à ce résultat, ajouter environ 200
diviser ce nouveau résultat par le nombre de tétées quotidiennes

Cela donne une idée approximative des quantités que votre bébé boira en votre absence... Mais ce n'est pas une règle en soi, certains bébés préfèreront attendre leur maman pour manger et prendront très peu de lait par exemple…

Dans tous les cas si votre bébé a l’habitude de prendre souvent, mieux vaut éviter de préparer de gros biberons pour le forcer à espacer chez la nounou, car ensuite lorsqu’il sera au sein et qu’il obtiendra un peu moins il risque de s’énerver.

4 - Faire donner le lait

Un point un peu critique... Dans l'idéal il faut toujours éviter le biberon : la confusion sein/tétine peut toucher tous les bébés, quelque soit leur âge (pour un bébé plus vieux ce sera surtout une préférence de débit et de facilité de la tétine du bib), après un seul bib comme plusieurs semaines d'alternance sans problème. Pour faire donner son lait à moindres risques : tasse à bec, softcup, pipette, seringue, verre, etc... Ces ustensiles ne demandent pas plus d'effort d'apprentissage pour le bébé que le biberon ! Quant à la personne qui donne, ça ne demande pas non plus beaucoup plus de manipulations, surtout la tasse à bec qui se donne presque exactement de la même manière que le biberon.

Concernant la tasse, à noter que les becs avent s'adaptent sur leurs biberons (ou tous les biberons à col large), cela peut permettre de faire accepter ce mode d'alimentation plus facilement auprès de la nounou puisque cela ressemble plus à ce dont elle a l'habitude. Psychologiquement parlant, ça passe mieux... Pour donner le lait à la tasse le bébé doit être en position SEMI-ASSISE (et non pas couchée comme généralement au biberon), et il faut parfois faire quelques pauses en cours de tétée... Il peut être nécessaire de commencer par donner le lait en retirant la valve anti-fuite et en versant le lait tout doucement dans la bouche du bébé (faire quelques essais au préalable avec de l'eau dans l'évier pour prendre le coup de main), ceci afin qu'il comprenne qu'il y a du lait dedans.

Malgré tout on ne fait pas tout ce qu'on veut... C'est aussi dépendant du bon vouloir de la crèche ou de la nounou. Si vous n'avez pas d'autre solution que de faire donner au biberon restez juste attentive à la succion de votre bébé, le bib n'induira pas FORCEMENT une confusion, mais cela reste un risque lourd de conséquences d'où le principe de précaution, au moindre doute essayez de rectifier le tir...

J'insiste sur le fait qu'aucune marque ne semble à ce jour limiter les risques de confusion, y compris les tommee tippee dont on entend souvent parler. Dans tous les cas si vous utilisez une tétine, veillez à ne prendre que les vitesses minimales et à ne pas augmenter la vitesse avec l'âge de votre bébé comme vous le feriez s'il était nourri au biberon exclusivement : au sein le débit n'augmente pas avec l'âge, par contre les risques de préférence du bib restent toujours bien présents !

5 - A quelle fréquence tirer mon lait ?

Pour ce point c'est totalement dépendant de votre bébé, de votre envie, de votre capacité à tirer du lait (certaines tirent plus facilement que d’autres) et de vos possibilités !

Dans l'idéal, il faudrait tirer à la même fréquence que ce que tête le bébé... C'est rarement possible, c'est à vous et à vous seule de moduler selon vos envies et vos contraintes.

6 - Optimiser les tirages

Tirer son lait n’a rien de naturel et d’évident. Quelques petites astuces permettent d’optimiser un peu les quantités obtenues.

Il est plus efficace de tirer son lait le matin et/ou sur un sein pendant que bébé tête de l'autre.

Inutile d’espacer au maximum en se disant que comme ça on tirera plus : les seins ne sont pas des réservoirs vides ou pleins, s'il est vrai que du lait est produit et stocké en permanence entre les tétées, c'est la vidange du sein qui stimule la production, de fait à trop espacer les tirages vous risquez de voir votre lactation chuter. A vous de trouver le bon rythme qui optimise le rendement... N’hésitez pas à tâtonner un peu !

Par ailleurs ne focalisez pas sur les quantités, le tirage c'est très psychologique, plus vous allez vous mettre la pression en vous disant "je dois tirer Xml", moins vous les obtiendrez ! Plus facile à dire qu’à faire je vous l’accorde, mais il est nécessaire de dédramatiser le tirage. Le stress a tendance à bloquer l’ouverture des canaux lactifères et donc l’arrivée du lait.

Il est souvent salvateur de faire autre chose pendant le tirage pour justement ne pas trop penser aux quantités : lire, regarder une photo de bébé, surfer sur le net, etc...

A noter que lorsque la lactation est bien installée certaines femmes peuvent avoir plus de difficultés à tirer car il n’est pas toujours facile de déclencher le réflexe d’éjection au tire-lait. Pour aider un peu là encore il faut éviter de trop se focaliser dessus. Rappelez vous que le tire-lait est un leurre pour les seins qui vise à imiter le bébé au sein : essayez de reproduire le rythme de votre bébé en début de tétée, par exemple souvent c’est quelque chose comme 3 petits coups rapide – pause – 3 petits coups rapides – pause etc... L’autosuggestion peut quelquefois s’avérer très efficace : imaginez un volcan entrant en éruption et crachant sa lave haut dans le ciel, et transposez à l’image de votre sein duquel jaillirait du lait. Enfin peu discret mais efficace aussi, si vous n’utilisez pas un tire-lait en mode double pompage, titiller le 2eme sein accélère la venue du réflexe d'éjection.

Un dernier point : il est fréquent de constater une nette diminution dans les quantités obtenues lorsque le bébé grandit (vers 8/9 mois par exemple)... 2 raisons à cela : le bébé boit moins de lait et mange plus de solides, de fait la production diminue naturellement (et donc le rendement), et par ailleurs il est de plus en plus difficile de stimuler correctement le sein à l'aide du tire-lait... Pas grand chose à y faire, ce n'est pas un problème de quantité ou autre, généralement à cet âge le bébé prend suffisamment de solides pour qu'on puisse se permettre de moins tirer de lait et les tétées en parallèle doivent suffire à combler ses besoins en lait.

 

Allaitement, diversification et travail


Lorsque bébé est plus grand il commence à prendre des solides, ce qui peut alléger les contraintes.

Attention à ne pas trop idéaliser cette phase de l'allaitement pour autant ! La diversification doit être progressive, n'attendez pas qu'elle allège significativement les quantités de lait à fournir avant au moins 1 mois, le temps que le bébé accepte les solides et qu'il en mange suffisamment pour être un peu plus calé... par la suite il est aussi possible d'introduire des laitages en remplacement de certains biberons de lait : petits suisses (de préférence au lait infantile avant 7/8 mois) ou fromage... Pour les réfractaires du biberon les flans au lait maternel restent une bonne alternative, et pensez que vous pouvez mélanger du lait aux purées et compotes !

Techniquement lorsque le bébé est suffisamment diversifié, il est possible de poursuivre l'allaitement sans avoir à tirer son lait en journée... Attention cependant : selon la façon dont fonctionne votre lactation, il est possible que les tétées du matin et du soir seules ne suffisent pas à stimuler suffisamment les seins pour que la production se maintienne... A ce moment là l'allaitement est suffisamment bien en place pour que vous puissiez vous permettre de tenter le coup sans que ce soit trop difficile de revenir en arrière. Si ça ne fonctionne pas et que vous voyez que la production diminue de trop, il sera toujours temps de rajouter un tirage le midi par exemple.

Ne pas oublier qu'il est possible de donner un peu d'eau en parallèle avec l'introduction des solides... Au sein le bébé boit autant qu'il mange, en votre absence lui permettre d'étancher sa soif avec de l'eau peut permettre de limiter les quantités de lait à fournir !

Quelques idées pour s’organiser

Quelques idées pour agencer les tirages...

* tirer le matin avant de partir à la maison : pendant que bébé tête sur l'autre sein, ou après, dans tous les cas il faut bien vider les 2 seins (tirer sur celui que bébé a pris après qu'il l'ait lâché).

* tirer pendant la pause déjeuner le midi

* tirer en revenant à la maison le soir (sur un sein pendant que bébé prend l'autre éventuellement)

* tirer le soir quand bébé est couché avant d'aller dormir

Si vous pouvez ajouter des tirages chez vous, cela peut vous soulager en journée, surtout s'il vous est difficile de prendre du temps pour tirer à votre travail, et permettre de poursuivre un allaitement exclusif...

N’hésitez pas à investir dans un bandeau pour maintenir en place les téterelles du tire-lait électrique, cela vous permettra d’avoir les mains libres pour autre chose pendant que vous tirez.

Lorsque le bébé est plus vieux, la diversification allège considérablement les contraintes. Si vous le souhaitez il est possible de remplacer un biberon de lait par des laitages (fromage, petit suisse, etc...)...

A noter que 10 minutes peuvent suffire à un tirage certes pas optimum mais malgré tout efficace ! N'hésitez pas à profiter du moindre temps de pause pour tirer.

 

Je ne peux/veux pas tirer mon lait


Si pour une raison X ou Y vous ne pouvez ou ne voulez pas tirer votre lait, il est possible de poursuivre l'allaitement en mixte c’est à dire de conserver uniquement les tétées en votre présence (matin et soir) mais faire donner du lait artificiel en votre absence.

Quelques conseils pour optimiser un allaitement mixte.

2 cas de figure sont envisageables en fait : soit passer complètement au mixte même en votre présence (donc sevrer le bébé des tétées de jour et ne conserver que celles du matin et du soir), soit ne faire donner du lait artificiel qu’en votre absence et conserver l’allaitement exclusif le reste du temps.

Dans le 1er cas le problème principal est que les seins risquent de ne pas être suffisamment stimulés pour que la lactation se maintienne… Pour certaines cela peut marcher, mais c’est loin d’être assuré. Cela permet néanmoins de poursuivre l’allaitement quelques temps et peut constituer une façon beaucoup plus progressive d’aborder ensuite le sevrage. Prenez-vous y un peu à l’avance en remplaçant une nouvelle tétée par un biberon chaque semaine.

Dans le 2ème cas le gros avantage réside dans la stimulation plus importante de la lactation, le lait artificiel n’est donné qu’en votre absence et le reste du temps c’est sein à volonté ! Pour le bébé c’est parfois plus clair aussi : avec maman sein, sans maman biberon… Quelques difficultés quand même : en semaine le manque de stimulation conduit à une baisse qui peut faire que les tétées deviennent bien plus fréquentes le week-end, et le lundi au retour au travail vous risquez d’avoir les seins un peu douloureux (auquel cas il est facile de soulager en exprimant un peu de lait en vitesse aux WC par exemple, pas besoin de tire-lait à la main ça suffit). Ici rien à préparer avant, peut-être juste s’assurer que bébé prend bien le lait artificiel en le laissant à quelqu’un de confiance le temps d’une sortie par exemple…

Dans les 2 cas attention, cela peut parfois mener au sevrage très rapidement, d'autant plus que votre bébé est jeune (à 3 mois la lactation n'est pas encore assez en place pour perdurer longtemps avec aussi peu de stimulations quotidiennes). Et les week-ends, même si cela est conseillé pour maintenir la lactation, il n'est pas assuré que vous puissiez donner le sein exclusivement puisque votre lactation se sera adaptée au rythme de la semaine.

Dans l'idéal il faudrait planifier au moins un tirage (le midi à la pause déjeuner par exemple) pour maintenir une stimulation minimale et soulager vos seins... et dans ce cas compléter le reste de ce que boit le bébé par du LA.

Dans tous les cas laissez vous la possibilité de voir concrètement ce qui est ou non possible de faire le moment venu... Autant ce que vous pensiez impossible peut se révéler finalement parfaitement faisable une fois le travail repris... et si c’est possible ne pas donner de biberons pour éviter au moins les problèmes de confusion !!!

 

Prévoir la reprise


Le retour au boulot ça ne s’improvise pas ! Laisser son bébé en garde est déjà difficile, certaines précautions permettent au moins de se libérer l’esprit sur certains points... Il convient de préparer votre reprise correctement pour éviter les stress inutiles.

Prévoyez une réserve de lait au congélateur : elle servira pour le 1er jour de travail et vous pourrez ensuite piocher dedans si un jour vous avez eu des difficultés à tirer. L'intérêt de la réserve c'est surtout de dédramatiser les quantités et rester détendue lors des tirages. On passe toutes par des phases où on tire beaucoup moins que d’habitude, piocher dans les réserves N'EST PAS UN ECHEC et ne doit pas vous inquiéter : elles sont là pour ça !!!!

Pour établir une réserve, vous pouvez soit rajouter une « tétée fictive » dans la journée (par exemple le soir si votre bébé dort bien la nuit) ou bien tirer sur un sein pendant que bébé prend l'autre à un moment de la journée, voire les 2. Ne vous y prenez pas une semaine avant, faites ça tranquillement dès que vous le pouvez, afin que ce tirage ne soit pas vécu comme une obligation avec un rendement minimum à avoir.

Il peut être utile de conserver la tétée fictive une fois le travail repris pour compléter les tirages de la journée ou bien refaire des réserves le week-end. La tétée fictive peut éventuellement remplacer un tirage de la journée et vous soulager au travail...

Même si vous souhaitez que votre bébé prenne du lait artificiel pendant votre absence, inutile de l'y habituer trop tôt. Laissez bébé au sein au maximum pendant que vous le pouvez encore... (en gros pas la peine de passer en mixte un mois avant !)

Sur le fait d’habituer le bébé à boire autrement qu’au sein, il y a plusieurs écoles... Ceux qui disent qu’il est nécessaire de s’assurer que le bébé boit bien avant de reprendre, et ceux qui préfèrent laisser ça à la nounou le moment venu. Pour ça c’est à vous de voir ce qui vous paraît le plus rassurant.

Néanmoins il est bon de savoir que nombre de bébés choisissent dans un 1er temps d’attendre le retour de leur maman pour s’alimenter, ne prenant en journée que le strict minimum. En général cela finit par se tasser un peu avec le temps, et cela ne doit pas vous inquiéter... Toujours garder à l'esprit qu'un bébé qui fait ses nuits reste finalement plus longtemps sans boire que le temps que vous resterez absente en journée, et que personne ne s'en soucie bien au contraire !

Dans tous les cas autant le bébé aura pris facilement pendant vos essais avant mais refusera en bloc une fois à la crèche, ou au contraire aura refusé en bloc le temps des essais mais prendra sans problème avec sa nounou !!!

Quelques pistes :

- si au biberon tenter plusieurs tétines et matières.

- essayer plusieurs systèmes : tasse à bec, pipette, verre, etc

- essayer plusieurs températures de lait

- si au mixte et refuse le lait artificiel tenter de mélanger avec du lait maternel pour l'habituer progressivement au goût

- et si vraiment rien ne marche, il est possible d’essayer de donner à la cuiller en faisant des flans de son lait (cf recette plus bas)

Enfin il est fréquent de constater une petite baisse de production dans les 1ers temps de la reprise, souvent liée au stress en fait. Eventuellement prévoir une petite cure de galactogène en parallèle pour se rassurer et aider.

 

Flans au lait maternel


Pour les réfractaires à toutes les méthodes possibles permettant de donner le lait sous forme liquide, les flans au lait maternel à donner à la cuiller constituent une alternative intéressante !

- Flan de lait avec de l'agar-agar

4 g d'agar-agar pour 1 litre de lait donc à partir de là, il reste éventuellement une petite règle de 3 à faire ... Mais de si petites quantités ce n'est pas facile à peser ...

L'agar-agar est un gélifiant naturel (c'est une algue). On peut en trouver dans les boutiques bio, sous forme de petits sachets de poudre.

Pour ne pas perdre tout le bénéfice du lait en le faisant bouillir, le faire en plusieurs temps :

- si on utilise du lait congelé, décongeler le lait entièrement

- en prendre un tiers, que l'on verse dans une casserole, et rajouter la même quantité d'eau avec l'agar-agar ; faire bouillir en couvrant pour limiter l'évaporation

- pendant que ce mélange bout, faire tiédir les 2/3 de lait restant (bain-marie ou chauffe-bib position 1)

- quand l'agar-agar s'est dissout dans la casserole, et que le reste de lait est tiède, mélanger le tout dans le récipient final (pot de verre ou autre), et hop, au frigo !

- Crème dessert au lait

Même recette que ci-dessus, sauf que l'on remplace l'agar-agar par de la maïzena sans gluten (1 cc pour 120 ml de lait) - bien remuer quand on a tout mélangé

- Bouillie avec de la crème de riz

2 cuillères à soupe de crème de riz pour 100 ml de lait

De la "crème de riz", c'est en fait une sorte de farine de riz. On peut en trouver dans les boutiques bio ou diététiques.

On fait chauffer le lait dans une casserole (le lait n'a pas besoin de bouillir) puis on rajoute la crème de riz. On tourne sur le feu pendant 3 min jusqu'à ce qu'on obtienne la consistance dune bouillie.

Il existe aussi un autre gélifiant naturel : l'arrow-roat.

En fait, on peut utiliser n'importe quelle "farine" pour épaissir son lait.

Il est possible de faire des tests avec du lait de vache pour trouver la bonne consistance sans gaspiller de lait maternel.